Pourquoi autant d'hôtels à Lima ?

Quand on se promène dans les rues de Lima, on est surpris de découvrir de nombreux hôtels dans des quartiers résidentiels, où les touristes ne logent pas. Ce sont parfois des quartiers pauvres, et il est probable que les proches visitant leur famille y habitant n'aient pas les moyens d'aller à l'hôtel. Les façades de ces hôtels indiquent qu'il s'agit d'hostals, un type d'hôtel classé entre 1 et 3 étoiles par le ministère du tourisme péruvien.

Il ne s'agit pas de lieux de prostitution, alors qui accueillent ces hostals dans les quartiers non touristiques ?

La façade d'un hostal à Lima

Un hostal à Lima.

En posant la question à des amis péruviens, j'ai appris que ces hostals permettent principalement aux jeunes couples de se retrouver en toute intimité... Le sociologue péruvien Pedro Pablo Ccopa étudie ce phénomène en détail dans le livre "Eros liberado: hostales y sexualidad en la Lima de los noventa" (traduction approximative : "L'Éros libéré : hostales et sexualité dans la Lima des années 90").

On y apprend qu'il a débuté dans les années 90, à la suite d'une loi simplifiant les procédures administratives pour l'ouverture d'hôtels. Le nombre d'hostals a augmenté en flèche les années suivantes, accompagnant les évolutions des mœurs amoureuses et sexuelles dans la capitale parmi les jeunes.

En général ces derniers ne quittent le domicile parental que lorsqu'ils sont mariés. En attendant, il est difficile pour un jeune couple de se retrouver seul, notamment dans les quartiers populaires où les logements sont surpeuplés. Les hostals leur offrent un lieu d'intimité proche de chez eux (ce qui évitent des déplacements longs et coûteux), où l'on "oublie" souvent d'enregistrer l'identité des clients, préservant ainsi leur anonymat. Ils sont vus comme des lieux sûrs et confiance.

Article mis en ligne le April 26, 2009