Pirates !

À Lima difficile d'acheter un DVD original... ces dernières années la plupart des magasins en vendant ont disparu, et les quelques survivants se concentrent dans une poignée de quartiers chics. Par contre l'offre de DVD piratés est pléthorique, et on en trouve absolument partout : sur les marchés, dans des petites échoppes spécialisés, et même dans des centres commerciaux spécialisés. Tous ont pignon sur rue, et les autorités ne semblent pas pressées de mettre fin à ce commerce.

Il faut dire que le prix d'un DVD original peut atteindre 120 nuevos soles, soit l'équivalent de 120 euros quand on le rapporte au pouvoir d'achat local. Il existe certes un organisme gouvernemental chargé de la protection du droit d'auteur, INDECOPI. Mais l'achat de DVD pirates est désormais tellement entré dans les moeurs qu'il serait très impopulaire pour les autorités ou un homme politique de lutter contre cette pratique. D'autant plus que l'industrie cinématographique nationale est trop réduite pour faire contre-poids, et que le Pérou n'est pas un marché significatif pour que les grandes majors s'en préoccupent réellement. Enfin cette activité illégale est probablement suffisamment fructueuse pour s'assurer de la passivité des autorités compétentes.

Le plus grand centre de vente de DVD pirates se trouve dans le centre de Lima, dans la galerie commerciale de Polvos Azules. Ce sont des dizaines de petits stands regroupés dans des allées spécialisées par thème : cinéma populaire, cinéma d'auteur (on y trouve du Godard, du Bergman ...), séries télé américaines, films pornographiques (c'est l'une des sections les plus grandes), dessins animés japonais, etc. Les prix y défient toute concurrence : 2,5 soles le DVD, soit environ 60 centimes d'euros. Certains vendeurs proposent même des cartes de fidélités offrant des réductions, d'autres incrustent dans le menu des DVD vendus leur adresse et numéro de stand pour que leurs clients sachent où les retrouver.

Stand de DVD pirates à Polvos Azules

La piraterie ne se limite pas aux DVD et touche à peu prêt tout ce qui peut être copié : CD musicaux, logiciels informatiques, jeux vidéos, livres, vêtements, chaussures, meubles de créateur... Par exemple le campus de la principale université publique, l'UNMSM, abrite un petit magasin de photocopie qui permet aux étudiants de faire copier des livres entiers empruntés à la bibliothèque, à des prix défiant toute concurrence. En pratique c'est la seule façon pour eux d'accéder à ces savoirs, au vu de leurs faibles ressources et des prix prohibitifs des ouvrages originaux. Pour les programmes informatiques, il faut se rendre à Wilson dans le centre ville où des boutiques proposent des catalogues entiers de logiciels piratés.

À gauche des clients consultant des cataloguqes de logicials pirates dans une galerie de Wilson

Terminons cet article en évoquant la rue Azángaro. Elle abrite des faussaires réputés dans tout le pays, capables de produire des faux pour toutes sortes de documents : cartes d'identité, visas, permis de conduire, actes notariaux, etc. Quand on traverse la rue, on se voit parfois demander pour quel document on souhaite un faux. Cette rue est située dans le centre de Lima, juste derrière... l'imposant Palais de Justice.

Article mis en ligne le February 13, 2010