Les employées domestiques

De nombreuses domestiques sont employées dans les foyers péruviens, en majorité en logeant sur place. On estime leur nombre entre 450 000 et 600 000, dont la moitié travaille à Lima. 90% d'entre elles sont originaires de province, issus de familles pauvres ou très pauvres, avec un faible niveau d'éducation et généralement d'origine indienne (revue Brujula n°5). Être domestique est souvent leur unique opportunité de travail dans la capitale.

Malheureusement les conditions de travail sont pour beaucoup d'entre elles très difficiles, voir terribles. En 2007 le rapport Detrás del Mandil (PDF) du ministère du travail péruvien indiquait qu'à Lima plus de la moitié étaient victimes de mauvais traitements psychologiques (insultes, menaces...) et 10% de violences physiques. Encore plus grave presqu'un tiers témoignent avoir été victimes d'harcèlement sexuel, et 14% de viol (par le père de famille employeur ou l'un de ses fils).

Plus de la moitié gagne moins que le salaire minimum légal (600 soles) et travaille plus que les 48 heures hebdomadaires, maximum autorisé par la loi (enquête du ministère du travail). 95% n'ont pas de contrat de travail.

En juin 2003 la loi 27986 (PDF) a établi les devoirs et droits des employés domestiques, notamment :

Cependant le chemin sera long avant que cette loi soit appliquée à toutes, car 4 ans plus tard seules 30000 d'entre elles étaient inscrites à la sécurité sociale.

Enfin depuis cette année une loi permet à une employée de pouvoir sortir de son lieu de travail sans devoir porter ses habits de travail, et de se rendre dans des lieux publics comme des discothèques ou des plages.

Pour en savoir plus : la Casa de Panchita (association de soutien aux employées domestiques péruviennes), son rapport d'activité 2006 (PDF en français).

Article mis en ligne le October 09, 2009