À quoi est destinée l'Amazonie péruvienne ?

Dans un avenir proche, principalement à l'exploration pétrolière.

Les 3/4 de sa surface (49 millions d'hectare) sont en effet désormais des concessions vendues à des compagnies pétrolières. 15% sont déjà en exploitation, le reste en phase d'exploration.

En Amérique du Sud, c'est un phénomène unique par son ampleur, les pays voisins ne consacrant qu'une faible surface de leur forêt amazonienne à l'exploitation et l'exploration pétrolière en comparaison au Pérou.

Amazonie péruvienne

Forêt amazonienne au Pérou (photo de Emil Kepko)

La vente de ces concessions s'est accélérée depuis le début des années 2000, les dirigeants du pays présentant le pétrole d'Amazonie comme une grande opportunité économique, génératrice de devise et d'indépendance énergétique.

Cependant ils se heurtent à la résistance des populations indigènes qui vivent en Amazonie. Des grèves, blocages, manifestations sont régulièrement organisés pour alerter sur les dégâts environnementaux de ces activités et demander la reconnaissance de droits spécifiques du fait de leur occupation ancestrale des terres amazoniennes.

Un reportage sur les conséquences sanitaires de l'exploitation pétrolière en Amazonie équatorienne par la compagnie française Perenco, également présente au Pérou.

L'exploration est effectuée avec de la dynamite placée dans des couloirs creusés parfois sur plusieurs centaines de kilomètres de longueur. Les dégâts de l'exploitation sont dûs notamment aux ruptures régulières d'oléoducs qui polluent les eaux et provoquent des maladies dans les populations locales. Par exemple un rapport du ministère péruvien de la santé (PDF en espagnol) indique des taux de cadmiun et plomb dépassant les limites sanitaires chez la majorité des enfants vivants dans les concessions 8 et 1-AB de l'entreprise Pluspetrol, où 22 ruptures importantes d'oléoduc ont été enregistrées entre novembre 2006 et mars 2009 (Bajo la lupa, numéro 12 avril 2009).

Une tribu amazonienne coupée du monde, et prétendument découverte seulement en 2008.

Face aux compagnies pétrolières, les ONG soutenant les peuples indigènes rappellent également l'existence de tribus isolées dans la forêt amazonienne, complètement coupées du reste de l'humanité. Pour elles l'arrivée de travailleurs pétroliers sur leur territoire serait dévastateur, car elles ne sont pas immunisées contre certaines de nos maladies. Je vous invite à lire cet article très intéressant de la Cité des Sciences à ce sujet, qui dépasse les idées reçues.

Article mis en ligne le May 30, 2009